La Messa di Gloria

Les 6èmes Rencontres vocales de la vallée de la Lémance sont consacrées à

Giacomo Puccini

avec l’interprétation de son œuvre sacré 

La Messa di Gloria

Puccini debout

Cette œuvre est une messe pour orchestre et chœur à quatre voix avec deux solistes, un ténor et un baryton. Il s’agit d’une messe complète qui ne se limite pas à un Kyrie et un Gloria, mais contient également un Credo, un Sanctus et un Agnus Dei.
Le Kyrie, lyrique et très expressif, est introduit par les cordes avec deux thèmes repris par le chœur : Kyrie eleison , tendre et lumineux, et Christe eleison, plus martelé.
Le Gloria est très vaste (9 parties). Le jeune élève Puccini a voulu y faire preuve de tout son savoir-faire et il s’essaie à tous les genres avec passion et réussite. Il contient un solo de tenor : Gratias agimus tibi d’une ampleur extraordinaire.
Le Credo est également très développé et comporte le passage dramatiques du  Cruxifixus  contenant des appoggiatures comme on en verra plus tard dans les opéras.
Le Sanctus et Benedictus est beaucoup plus réduit, mais il contient le magnifique solo de baryton sur Benedictus.
L’Agnus Dei, quant à lui, est encore plus bref et laisse une impression d’inachevé, comme si Puccini n’avait pas eu le temps, pressé par son examen, de le développer comme il aurait pu le faire. C’est fort dommage car cette section l’emporte sur toutes les autres par son raffinement et son originalité.

Puccini met bolhoedPuccini composa cette Messe pour son examen à l’Instituto Musicale Pacini. Elle a été jouée pour la première fois à Lucques, le 12 juillet 1880. Mais le Credo avait déjà été écrit et joué en 1878, et avait été conçu par Puccini comme une œuvre individuelle. Puccini ne publia jamais le manuscrit complet de la Messe, et, bien que bien accueillie à cette époque, elle ne fut plus jouée avant 1952, d’abord à Chicago, puis à Naples. Mais il réutilisa certains des thèmes de la Messe dans d’autres œuvres : celui de l’Agnus Dei dans son opéra Manon Lescaut et celui du Kyrie dans Edgar.

À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, Fr. Dante Del Fiorentino acheta une vieille copie du manuscrit de la Messe à la famille Vandini, à Lucques, en la prenant pour le manuscrit original. Pourtant, le manuscrit original avait été en possession de la famille de Puccini, et donné par sa belle-fille à Ricordi, l’éditeur de Puccini. Le conflit juridique qui s’ensuivit fut résolu en divisant les droits d’auteur entre Ricordi et Mills Music, l’éditeur du manuscrit de Fiorentino.